RESTAURATION DES REMPARTS DU CHÂTEAU GUILLAUME-LE-CONQUERANT FALAISE 2007-2011

En résumé :

Accéder au dossier

Comme souvent, les constructions qui perdent leur utilité pratique sont progressivement oubliées : ainsi, les donjons du château ont-ils été abandonnés dès le XVIe siècle. De la même manière, mais en moindre part, les remparts défensifs de l'enceinte castrale se sont-ils progressivement dégradés ; et de même, les fossés extérieurs ont été comblés petit à petit, jusqu'à devenir, au début du XXe siècle, une plate-forme baptisée « square » pour la partie face à la Ville. Le propos général de la restauration des remparts du château est de restituer l'aspect défensif et l'image de château fort du site.

Globalement, l'ensemble des remparts et des tours va être consolidé ; les murs disparus vont être relevés, à l'identique ; l'accès au château, totalement transformé au XVIIIe siècle, restitué dans son principe. Les fossés seront décaissés, ainsi que l'intérieur du rempart Sud.

Ce programme fait suite à la restauration des donjons, réalisée entre 1986 et 1996, et à celle de la haute cour, en 2002-2003. Ces derniers travaux ont été précédés d'une large campagne de fouilles archéologiques.

Le projet de restauration des remparts de l'enceinte est dans la droite ligne des interventions antérieures et permettra aux visiteurs et aux générations futures de reconnaître, sur ce site normand, l'ensemble des éléments défensifs qui constituent un château fort dans son intégrité.

Le phasage des travaux :

Le programme a été divisé en 4 tranches :

La tranche ferme et la tranche conditionnelle 1 :

Les points principaux de ce premier programme sont les suivants :

  • Décaissement du fossé est du château, face à la ville.
  • Restitution d'une passerelle « dormante » au-dessus du fossé, en remplacement du terre-plein créé au XVIIIe siècle entre la mairie et la porte du château. La passerelle se posera sur une avant-cour, à l'image de ce qui existait avant les remaniements modernes.
  • Mise en valeur des fossés, et des escarpe et contrescarpe maçonnées
  • Restauration des murs et des tours du rempart est
  • Restauration du « bastion » au nord-est, avec restitution des niveaux bas (XIIIe s.) et hauts (XVIe s.). Ce point du programme sera précédé d'une fouille préventive de plusieurs mois, destinée à analyser la niche archéologique qui résulte d'une occupation de plusieurs siècles.

La tranche conditionnelle 2 :

Elle concerne le front sud de l'enceinte, depuis la Porte Saint-Nicolas jusqu'aux abords de la Tour de la Reine. Outre une restauration des maçonneries existantes, le programme comprend également un travail de décaissement des remblais situés à l'intérieur du rempart (dans l'enceinte). Ces remblais se sont accumulés sur 6 ou 7 mètres depuis le Moyen Âge.

Aujourd'hui, les arases des remparts sont à la hauteur d'un garde-corps de balcon.

Sans vouloir restituer les niveaux médiévaux, le propos et d'enlever la partie moderne des remblais, sur deux mètres environ, de manière à redonner au visiteur l'impression de protection et d'enfermement propre aux forteresses.

Pour accéder au chemin de ronde et aux tours d'enceinte, deux ou trois belvédères seront aménagés.

La tranche conditionnelle 3 :

Elle concerne les fronts sud-ouest et ouest du rempart, jusqu'à la Tour Philippe Auguste.

En premier lieu, la Tour de la Reine sera restaurée, pour devenir accessible au public. Le départ du rempart ouest, qui s'ancre sur cette tour, sera réhabilité, avec notamment la restauration du « passage Guillaume », salle voûtée aménagée dans le rempart.

Les vestiges de la dernière tour, la tour Ravenel, seront soulignés.

Enfin, les murs du rempart ouest, les plus endommagés du site, seront relevés de plusieurs mètres, selon des modalités de restauration traditionnelles.

Nos liens

Archives

2015

2016


Lexique - Mentions légales - Création du site Internet : Netskiss